Catégories
Actualités Articles Non classifié(e) Publications

Il ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle, mais il reste et restera l’Homme politique Ahmed Ould Daddah.

Il n’est pas candidat, mais il restera l’homme politique, Ahmed Ould Daddah

Il ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle, mais il reste et restera l’Homme politique Ahmed Ould Daddah.

Et c’est déjà beaucoup!

Beaucoup d’intégrité, beaucoup de constance, beaucoup de patriotisme, beaucoup de loyauté dans les engagements, beaucoup de fidélité au Créateur et aux principes   et beaucoup de courtoisie!

Beaucoup de cultures et de lectures coraniques. Beaucoup de manifestations et de meetings dans les rues qui n’ont pas empêché beaucoup de prières dans les mosquées.

Beaucoup de bonne humanité! Ahmed Daddah est une bonne monnaie; il arrive que «la bonne monnaie soit chassée par moins bonne»! Phénomène bien connu des économistes!

Vérifiez le cours de la monnaie qu’il a inventée à partir de peu, quand il était au pouvoir, et comparez-le avec le cours de ces jours de vaches maigres, malgré la découverte et l’exploitation, bien après lui, de l’or dans notre pays. Je n’ai pas besoin d’expliquer la relation entre la monnaie et l’or. Tout le monde la connaît mieux que moi.

Je n’ai pas les chiffres sous les yeux mais la dépréciation de notre la monnaie doit varier, depuis qu’il l’a ‘’quittée’’, entre 10 fois et 20 fois!!??

L’Ouguiya de son temps valait entre 10 fois et 20 fois l’ouguiya d’aujourd’hui!

On dit aussi que la monnaie est l’ombre du roi!

Il arrive aussi, contrairement au bon sens et à nos valeurs civilisationnelles,    qu’on écarte l’expérience et la sagesse pour «limite d’âge», alors qu’aucune limite n’est prévue à l’ignorance et aux limites cognitives et intellectuelles!

Bref!

Il a été candidat il y a 26 ans. Un ras de marée aurait dû, normalement, le porter au pouvoir !

Je le représentai à Tevragh  Zeina,  ou j’ai dirigé sa  campagne. Dans le bureau de l’honorable préfet de l’époque, le Ministre Yahya Ould Sid El Moustaphe, nous reçûmes entre 20 heures et minuit, les résultats de 20 bureaux de vote qui étaient tous favorables à notre candidat: Ahmed Ould Daddah.

L’échantillon était révélateur!

Le représentant de notre protagoniste communiquait à son État-major, (c’est le cas de le dire) au fur et à mesure les résultats de notre dépouillement, quand, subitement, on ‘’lui’’ enjoignit de nous quitter pour se rendre quelque part!!!

Sa chaise restera vide pendant une heure, l’heure du virage fatidique. Une heure historique qui vit l’abandon des apparences démocratique au profit des résultats décrétés de Ain Bintilli à Koubinni!

Les pluies de scores favorables au Président sortant se mirent alors à inonder les ondes de Radio Mauritanie et à nous assourdir les oreilles, et la rumeur circula autour de nous, faisant écho de l’encerclement de Nouakchott par les chars de notre armée nationale.

Tout s’est passé normalement dans cette préfecture, et Ahmed Ould Daddah obtint, à la fin des dépouillements, vers 06 heures du matin, une large majorité dans 25 bureaux sur 27.

Mais, une décision de dernière minute tomba, interdisant aux représentants d’Ahmed Ould Daddah d’accompagner, au Ministère de l’intérieur, les PV, leurs résultats??!!!

La suite est connue. Tout le monde savait que dans tout le pays, la victoire du candidat Ahmed Ould Daddah, fut transformée, par la force des armes et par les abus de pouvoirs du Ministère de l’intérieur, en une perte, en un échec pour la Mauritanie et pour sa démocratie, en un manque à gagner pour le développement harmonieux de notre pays.

Oui, perte et manque à gagner: peut les confirmer tout celui  qui, comme moi, connaît une infime partie du parcours de l’homme Ahmed Ould Daddah!

Je ne ferai pas son bilan,  qu’Allah lui prête longue vie avec une bonne santé.

Je dis perte pour avoir connu l’homme et le gestionnaire, à la naissante, à partir de quasi-rien, la Banque centrale de Mauritanie.

Qui pourrait me contredire, si je dis que le numéro 1 de cette institution était toujours le dernier à quitter son bureau et le premier à émarger la feuille de présence?

N’importe quel agent de la Banque pouvait interpréter et comprendre toutes les décisions que le Gouverneur prenait, car il y avait à chaque fois, en plus de la transparence, la rationalité et l’intérêt général à leurs bases.

Statutairement, la BCM prend en charge, à hauteur de 100% , l’hôtel  de son Gouverneur et de son Gouverneur adjoint. Malgré ce droit, la seule dépense, présentée aux services administratifs de la BCM par le foyer Daddah, n’a été autre choses, qu’une facture Omo et Ajax. C’est mon constat, fait lors de mes contrôles, pendant des années, alors que j’exerçais la fonction d’inspecteur.

L’homme était propre dans tous les sens du terme!!

La première formation permanente, organisée dans le pays, fut le Centre de formation interbancaire qu’il créa en 1976, et dont les résultats permettaient de fonder sur le perfectionnement et le savoir faire les promotions internes.

De nos jours, on fait l’éloge par la négation : «il ne fait pas ceci… il ne fait pas cela d’immoral ou de répréhensible..»

Parlant de Monsieur Ahmed Ould Daddah, je n’ai pas besoin de recourir à de telles formules, indignes de l’homme et des hommes qui l’entouraient. Il n’ont nullement pas besoin de «ne pas…, ne point…, ni…; ne détourne pas, n’est ni corrompu ni despote…»

Ils étaient tout simplement compétents et dévoués à leur patrie, et Ahmed reconnaissait à ses collaborateurs ces qualités, et aimait à répéter reconnaissance et éloges à leur endroit.

Malheureusement, pour nous, ou heureusement, nous ne saurons jamais calculer le manque à gagner pour notre pays (le manque à gagner est toujours difficile ou impossible à calculer) qui aura résulté de la privation de Ahmed Ould Daddah, de l’un de ses meilleurs gestionnaires et de tous ses bons et compétents fils, d’exercer  leurs talents de bons gestionnaires, en bon pères de familles, pour servir, à nouveau et avec abnégation,  le développement de la Mauritanie.

Ahmed n’a pas besoin d’être candidat;  il a été déjà victorieux dans la course pour la Présidence , en 1992!

Beaucoup de vols et de détournements se sont produits depuis 1978, mais c’en est l’un des plus gros et des plus graves. L’histoire et Allah jugeront.

Sachons exprimer notre reconnaissance à nos Grands hommes, notre Patrie en grandira.

C’est ce que j’ai essayé humblement de faire. Mais, j’ai le sentiment de ne pas avoir dit assez… D’autres honnêtes témoins me compléteront certainement, en priant à mes côtés pour que cesse, maintenant, ce cycle ininterrompu d’usurpations répétées; car cela nous évitera, un chaos tragique et irrémédiablement destructeur.