Home Actualités ​A l’Attention de Son Excellence, Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française

​A l’Attention de Son Excellence, Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française

0
0

​Monsieur le Président,

Permettez moi de dire avec vous que ni le Covi, ni le terrorisme, ni le réchauffement climatique; ni la désertification ne parviendront à arracher de nos mains propres le Monde.

Tous ces fléaux ligués contre l’Humanité, ne réussiront  guère à installer, chez nous, le chaos et,encore moins, à s’emparer de nos âmes pour ébranler la confiance que nous avons en Dieu et en nos peuples ou pour altérer notre solidarité.

Aujourd’hui, ces satans visibles ou invisibles influencent, marquent et bousculent tout, y compris les agendas de nos Présidents.

Mais, en le faisant, ils ne font qu’accélérer le processus qui conduira à leur inévitable échec, à leur fin fatale, c’est à dire à la victoire de l’humanité.

Monsieur  le Président, 

Vous venez de décaler la visite d’un pays-jumeau du nôtre, parce que son Président, notre frère et grand ami, Mr Macky Sall, vers qui  vont nos pensées et nos prières, est, pour des raisons de  covi, en quarantaine.

Demain, en authentique combattant  pour la liberté,  la paix et en défenseur imbattable pour la stabilité, dans notre Région du Sahel, vous serez, Mr le Président, à  Nouakchott, en conclave avec notre Président et ses frères,Chefs d’Etats du Sahel et ses Hôtes de marque.

Bienvenue, Marhaba, mais  je prononce  juste le mot et son équivalent en arabe, car ce  mot est, ici, obligatoire et passage obligé.

Le peuple de Mauritanie fait une confiance méritée à son Président, Mr Mohamed Cheikh Ghazouani; il vous dira les mots de bienvenue les plus sincères et les plus chaleureux et accomplira les actes les plus hospitaliers, dignes de nous et de vous.

Nous joignons, en premier, les  voix des membres et partenaires sénégalais de notre Institut international de Recherche et d’Etudes Stratégiques – 2ires – et des mauritaniens ensuite, à la voix de notre Président, pour vous souhaiter double bienvenues. Bienvenue au Sénégal, comme si vous votre visite sénégalaise n’a point été reportée et bienvenue en Mauritanie.

En effet, de la terre hospitalière de Teranga, le Sénégal, à la « terre des Hommes » et de Marhaba, la Mauritanie, il n’y a qu’un pas que vous n’avez pas franchi, Mr le Président de la France, cette Terre de tout homme libre, sur terre.

A Nouakchott, vous frôlerez, demain,  un sol sénégalais et mauritanien à la fois, vous êtes avec nos deux Présidents sénégalais et mauritaniens et au milieu de nos deux peuples.

Mon témoin en ce Grand jour:   la nuit des temps!

Mr le Président,

En Mauritanie, disons les choses clairement, nous n’avons ni rancune ni complexes de colonisés.
Les français qui ont administré ou coopéré ou séjourné ici ont laissé de très bons souvenirs derrière eux  et ils sont partis enchanté,  émerveillés  et attachés à nous. De retour en France, ils ont largement contribué   au rayonnement de notre civilisation et à la bonne réputation de notre pays.

Gabriel Feral, le Commandant Beslay, Pierre Messmer, Didier Gabriel Sabatier, le Conseiller d’Etat, Pierre Bander  Maryvonne Briant, Désiré Vuillemin, Théodore Monod, Pierre la France, Bertrand Fessart de Foucault, pour ne citer que quelques uns de ceux que j’ai connus personnellement,   étaient, par le biais de leurs récits et œuvres et partout à l’occasion de toutes leurs interventions, dans les rencontres internationales, les honorables loyaux et fidèles  ambassadeurs – griots- chanteurs pour la Mauritanie.

De plus,jamais des Français qui ont vécu, à un moment donné de leur vie,  en Mauritanie n’ont contribué aux vaines tentatives, trop récentes et inéluctablement éphémères, visant à discréditer, par le mensonge et l’intoxication, notre pays à des fins inavouables et inavouées.

De même, jamais à ma connaissance, les médias, pourtant peu taiseux, n’ont cité l’implication d’entreprises ou d’hommes d’affaires français dans les innombrables scandales et pillages,jamais égalés, de nos ressources pendant la miteuse décennie écoulée.

Au plan de nos relations et échanges, on pourrait dire que  »la mauvaise monnaie (devises) a chassé la bonne monnaie – devise », suivant en cela les flux internes, d’entrée et de sortie des  monnaies locales !! 

Aujourd’hui, tous les espoirs sont permis de voir se renverser les mauvaises tendances et s’inverser les flux de sortie et d’entrée de monnaies,au sens figuré.Je pense que le Président Ghazouani pourrait être cette bonne monnaie.

Pourquoi? 

Quelques unes de mes raisons : 

a –  Il permet, aujourd’hui, pour la première fois, à des commissions parlementaires d’enquêter souverainement pour déterminer où sont partis les deniers publics « égarés » de la dernière  décennie, caractérisée par la flambée des prix de notre fer, de notre or, de notre cuivre et de notre  poisson et donc des revenus théoriques  du pays, ce qui, paradoxalement, n’a  pas empêché un recours excessif au  surendettement, lequel surendettement a fait de nous le premier pays d’Afrique, devant le Zimbabwe, et en terme de pourcentage du PIB, 100%.

b – parce que ce tout nouveau Président  a déclaré,comme vous,   sa préférence pour des compétences techniques et humaines dans son Gouvernement et dans l’administration publique  en faisant abstraction de la couleur politique des cadres.

c – parce qu’il prône ,comme vous encore le débat et  »Al ijmae », (le consensus), chaque fois que possible.

C’est ce que j’ai appelé la  démocratie inclusive.

Ce « patrimoine politique interne » fait de bons principes et bons choix et « diplomatique externe », constitué de capital d’affection, d’amitié et d’admiration réciproques, nous sommes persuadés qu’il sera préservé et développé face aux menaces qui pourraient surgir, par moments, et résultant de comportements infantilistes, opportunistes ou criminels.

Monsieur le Président,

La situation que noud vivons d’un côté comme de l’autre, de la Méditerranée et en Afrique subsaharienne, nous invite à nous tourner, plutôt, vers l’avenir, en nous réinventant , en réinventant notre monde de vie et en révisant nos relations les uns avec les autres.

Nous tourner vers le futur est un impératif vital. Bien que nous avancions vers le bout du tunnel, nous ne savons pas à ce stade, avec précision, où est- ce que nous en sommes par rapport aux pandémies et crises.  Notre visibilité ne peut que s’en ressentir.

Toutefois, nous pouvons d’ores et déjà affirmer,  nous fondant sur nos expériences passées récentes et présentes ce qui suit: 

1 – l’émulation doit prendre le dessus sur la concurrence tout azimuts, afin d’améliorer la vie sur terre et rendre meilleure la vie des hommes; 

2 – l’interaction et l’inter fécondation doivent constituer l’alternative au conflits internes et entre les les États; 

3 – tous les moyens ne sont plus bons et tous les coups ne sont plus permis; 

4 – des années difficiles nous attendent et les réponses idoines ne pourront être que solidarité et complémentarité;

5 – la bonne stratégie ne sera que celle qui sait identifier, dégager, dans un univers de rareté, les urgentes priorités.

Vaste programme ! Des entreprises à long, à moyen et court terme.

En attendant plus de visibilité, et sans vouloir vous paraître le solliciteur de son Hôte, je me  permettrais, Mr le Président,

A –  de réitérer, devant vous, notre appel du 3 Mars 2020 pour l’annulation de dettes illégitimes et odieuses de notre pays surendetté ; à http://2ires.org/2020/03/05/lettre-ouverte-adressee-a-la-representation-nationale-aux-partis-politiques-a-la-societe-civile-et-aux-hommes-libres-soucieux-de-lethique-et-de-la-justice-dans-ce-monde/

B- De joindre notre voix à celle de notre Président, à celle du Président Macky Sall et à la Vôtre pour l’annulation de la dette africaine. 

Par ailleurs, notre pays qui a connu une prospérité sans précédent pendant les 2/3 de la dernière décennie a été honteusement – excusez le terme – pillé et son potentiel et son épargne de ses deniers publics,  sont aujourd’hui dans les comptes bancaires ou sous formes d’actifs financiers ou réels en France, en Europe aux USA en Asie en Corée du Nord, en Afrique, Sénégal, Maroc, Côte  d’ivoire et dans les paradis fiscaux.

Des valeurs, volées, non identifiées: v ovni!! Les mauritaniens, peu bancarisés, sont plus doués pour identifier, dans le désert, les traces de leurs chamelles que pour réussir à maîtriser la traçabilité des fonds, des actifs et des biens mal acquis, détournés et dissimulés dans les circuits européens ou mondiaux.Des années difficiles nous attendent tous.

Nous savons cependant compter sur la France pour aider la Mauritanie et l’Afrique à combler les déficits futurs en recouvrant l’épargne illégale, logée ou investie par en France où ailleurs ceux qui ont pillé nos pays.

Permettez-moi, enfin, que j’exprime ici une légitime préoccupation , un vieux souhait et une proposition: substituer, dans les discours officiels français, et si possible dans les médias, en général, au terme Djihadistes, le mot terroristes.

Qualifier ces fous furieux de Djihadistes constitue une publicité gratuite pour eux et, en même temps,  une véritable agression à tous les musulmans.

Rosso, 29 juin 2020
M.Mohamed El Hacen 
Diplômé de l’Université Paris IX Dauphine, Paris, France
Directeur de l’Institut International de Recherches et d’Études Stratégiques – 2IRES –  
Email : faardgs@gmail.com