Home Actualités LE DISCOURS DU PRESIDENT, JE SUIS HEUREUX DE NE AVOIR PERDU MON PARI

LE DISCOURS DU PRESIDENT, JE SUIS HEUREUX DE NE AVOIR PERDU MON PARI

0
0

​Je viens de suivre  le discours du Président de la République, Mohamed Cheikh Ghazouani.En écoutant ce discours,  j’ ai entendu résonner, dans mon âme sensible, une voix façonnée  par des  siècles de récitation du Coran  de laquelle jaillit la sincérité, le dévouement pour la Patrie, la solidarité et la compassion envers ce grand  peuple digne, meurtri, démuni et, souvent,  méprisé  par ceux qui ignorent tout de sa culture, de sa valeur et le dépossèdent  de ses énormes richesses.

Sans hésiter ni attendre, je m’empresse d’ exprimer ma satisfaction et mon soulagement de ne pas avoir perdu un pari risqué sur la bonne  volonté et la  valeur d’un homme que je ne connaissais pas et que tout le monde connaît mal. 

Soutenir subitement,  d’emblée et sans réserve un nouveau Président était non seulement risqué, mais aussi suspect. ..Je pouvais être accusé,  devant tout le peuple   mauritanien( auditeurs ou spectateurs de médias), de finir mal une carrière politique qui n’a jamais « existé »  et de brader  un crédit limité  à quelques segments de la société ( étudiants , parents, chameliers,  petit personnel à  l’université et ailleurs…).

Mon pari, je l’avais  néanmoins fondé  sur les éléments d’appréciation suivants : 1- Tout ce qui pouvait  être gâté l’a été avant sa venue au Pouvoir.Sur la voie de la gabegie nous étions,en effet,  arrivés  à la station du terminus. 2-  Les difficultés qu’il va endurer, dès  les premiers mois,   dans l’exercice de son pouvoir,  du fait des gabegistes et à cause des conséquences de la corruption,   l’inciteront forcément   à faire  changer à l’Etat rapidement et durablement , de voie  de rails et de direction. Certes,  il aura besoin de beaucoup de maîtrise et de « savoir manœuvrer » pour que le train- Mauritanie ne déraille pas.3- Son discours de campagne reflétait, pour moi, des convictions et correspondait à nos nobles valeurs.4- Ma croyance en la bonté d’ Allah me permettait de me dire  que le rêve de ce pays d’avoir,enfin,  un bon Président ou   un Président normal pourrait bien se réaliser 

Le discours de ce soir,  du 28 Novembre, au delà, de sa forme, en ciblant généreusement, en dépit d’une conjoncture économique  extrêmement difficile et des contraintes financières, les segments  notoirement prioritaires de la population,  corrobore ce que je disais concernant <<l’espoir que devrait susciter en nous ce Président avant même la mise à l’épreuve.>>Le temps des attitudes positives est arrivé.Les préjugés négatifs et les prophéties de malheur ont,dorénavant,  moins de raison d’être.

Notre pays est lourdement endetté,  les déficits et pertes jonchent nos rues; elle  constituent l’unique garniture et décor de tous les comptes de la Nation et des sociétés publiques et privées.

Tous les problèmes de tout le monde ne peuvent pas être règles, comme par enchantement, dès la premiere année du mandat Présidentiel. Soyons logiques réalistes et reconnaissants!

Nous oublions trop  souvent que,  face à nos besoins illimités,  nous avons  des ressources dispinibles  très limitées et un héritage rouge et lourdement  négatif.

Un tiers de nos besoins doit etre satisfait par notre patience, notre  abstinence; un tiers par la rationalité et  la BONNE  GOUVERNANCE  et le reste par le travail dans la discipline  le calme et l’endurance. 

L’ État Mauritanien est depuis un an,  et aujourd’hui plus que jamais,un État providentiel.Il se sacrifie pour son peuple!! Il sacrifie son intérêt, ses équilibres financiers,  pour le bien immédiat et prioritaire de son peuple.C’est, en tout cas, ce  qui ressort de ce discours et des programmes  électoraux et effectifs qui l’ont précédés..  Pour réussir, toutefois, à supporter toutes ces nouvelles charges financières, il devient très  impératif de se mobiliser pour que les dettes faramineuses et 《odieuses》du pays soient annulées et que la part revenant au pays et à l’Etat de ses ressources minières et halieutiques soient négociées à la hausse.

Mohamed Ould Mohamed El HACEN
Institut 2IRES
28 NOVEMBRE  2020